KON´NITCHIWA

C’est ce qu’il y a de beau avec les traditions, c’est qu’elles restent immuables aux changements. 2021 sera l’année du Japon, ça devait être le cas en 2020, mais pour des raisons que vous connaissez tous, l’année aura été perturbée (euphémisme). On ne peut que se réjouir de se projeter à l’été, de penser aux Jeux Olympiques et au retour des courses. En attendant les beaux jours, la tradition au Japon est de lancer la nouvelle année du bon pied avec la réalisation d’une course reliant la ville de Tokyo à Hakone et cette course aura lieu le 2 et 3 janvier et porte pour nom Ekiden.

EKIDEN
KEZAKO ?

Effectivement, tout le monde n’est pas familier avec le terme Ekiden. Ces dernières années vous avez été à un moment ou à un autre confronté à ce terme si vous aimez en tant soi peu la course à pied. En effet des courses s'inspirant de ce format sont dorénavant organisées hors Japon, et pendant la période du confinement certaines ont eu lieu virtuellement. En quelques mots, Ekiden est une course de relai qui a lieu le premier week-end de janvier tous les ans au Japon. Les étudiants des universités se relaient de Tokyo à Hakone et ensuite de Hakone vers Tokyo pour compléter l’ensemble de la course. Le Japon est un pays où la tradition est au coeur de leur culture et nous aurons largement l’occasion d’en explorer certaines ici même sur ce blog jusqu’aux Jeux Olympiques. La course couvre une distance de 108km le premier jour et 109km le second jour. L’Ekiden est divisé en 5 legs, et ce sont des équipes de 10 runners qui se succèdent pour parcourir la distance totale le samedi et le dimanche. Chaque runner court une section et ensuite passe l’objet emblématique de cette course, le tasuki, à son coéquipier à un endroit bien précis, appelé station. Les 10 legs à parcourir sont précis, ce ne sont pas des bouts de course où l’on se relaie à sa guise, mais à des distances bien définies. Un leg équivaut en moyenne à un peu plus de 21km soit un semi-marathon.

TRADITION
NIPPONE

Cette tradition perdure depuis 1920, à l’origine c’est Shizo Kanaguri qui pensa à ce format et décida d’incorporer les universités à cette idée. L’objectif était de profiter de cet évènement imprégné des traditions japonaises pour également repérer des coureurs capables de courir au plus haut niveau et par conséquent représenter son pays. Rappelons que le système universitaire japonais est différent que celui que nous avons en France, ainsi les coureurs sélectionnés pour participer à la course Ekiden vivent toute l’année sous le régime de la performance. Ce sont des athlètes de haut niveau. En témoigne les temps moyens réalisés par ces étudiants. En effet ces derniers sont capables de parcourir 5k en moins de 15 minutes et 10k en moins de 30 minutes.

NIKE
ET LE JAPON

Si vous êtes intéressés par le monde de la course à pied et par l’origine des marques qui nous permettent de courir, vous saurez que le Japon a une place particulière. En effet, des marques comme Asics et Mizuno sont japonaises. Mais ce ne sont pas les seules qui ont connu leurs origines au Japon. Nike, la marque à la virgule, la marque qui représente les Etats-Unis, a elle aussi tissé une relation forte avec le Japon à ses origines. C’est lors d’un voyage au Japon après avoir terminé ses études, que Phil Knight découvrit dans la ville fameuse pour son boeuf, Kobe, des chaussures pour la course à pied, Tiger Brand fabriqué par Onitsuka Co. Après avoir rencontré les dirigeants japonais, et après s’être armé de patience et d’empathie pour comprendre la culture japonaise et sa façon de travailler, Phil Knight devint le distributeur de ces chaussures pour l’Ouest des USA et en collaborant avec Bill Bowerman commencèrent à créer leurs propres modèles. Je vous invite à lire le livre de Phil Knight où vous découvrirez cette histoire bien plus en détails. De ce fait, Nike et le Japon tissent une relation réelle, particulière et Nike rend hommage à ce pays et à cette course qui représente bien le côté américain, car une course tournée vers la performance, la détection en passant par le système universitaire.

DEBUTER
L'ANNÉE DU BON PIED

De la Tiger Brand et l’Alphafly Next %, des années de technologies et d’innovation sont passées par là, pour le plus grand bonheur des coureurs et de ces étudiants qui le 2 janvier s’élanceront d’Otemachi, Tokyo, dans le but de réaliser leurs meilleures performances pour représenter leur université.

Bien que nous n’avons pas eu encore la chance ni l’occasion de former une équipe et de nous rendre au Japon pour y participer, nous utiliserions très probablement l’Alphafly Next % pour y participer afin d’avoir le meilleur rebond possible et du carbone pour économiser la foulée. Bien que la tradition prenne le pas, cela reste une course et les participants veulent être équipés des chaussures qui leur permettront de gagner. S’il y a bien une marque qui s’est distinguée dans ce sens depuis 2019, c’est Nike. 

NIKE
PACK EKIDEN

L'Alphafly Next% et la Vaporfly Next% sont devenues rapidement emblématiques et dorénavant incontournables. Pour réaliser ses meilleures performances, nul doute que la plupart des étudiants japonais décideront de se chausser avec ces paires désignées pour la performance. Rappelons qu'elles sont dotées de la mousse Zoom X, extrêmement réactive qui va procurer beaucoup de rebond et réduire le temps de passage au sol. Le ZoomX associé à la plaque de carbone va accentuer cet effet et permettre une grande économie d'énergie. Sur le modèle devenu star fin 2019 à Vienne, l'Alphafly Next% une capsule d'air sur l'avant pied viendra rajouter à l'ensemble dynamisme et amorti.

Dans ce pack il existe aussi des chaussures parfaites  pour l'entraînement. La Pegasus 37, la chaussure polyvalente par excellence, la Tempo Next % idéale pour réaliser des séances un peu plus rythmé, au seuil et la Zoom Fly 3, équipée de la mousse React qui elle sera également polyvalente et vous permettra comme pour les étudiants nippons de varier vos séances, ce qui constitue une des clés pour progresser. Bon entraînement à tous et bonne année 2021 !